Traitement agoniste opioïde (TAO)

Les éléments essentiels pour débuter un traitement agoniste opioïde (TAO)1, une mesure thérapeutique basée sur des évidences scientifiques, figurent dans le chapitre TAO - Début en une consultation (best practice, pour médecins expérimentés) ou TAO – Début en deux consultations. Voir aussi les recommandations de l’OFSP, de la SSAM et de l’AMCS.

Dépendance aux opioïdes :

  • dans les règles, il s’agit d’un traitement à long terme ;
  • de ce fait, une approche thérapeutique interdisciplinaire au long cours s’impose ;
  • la dépendance conduit à un risque de mortalité et de morbidité accrus, souvent associé à l’usage d’autres substances psycho-actives (tabac, cocaïne, alcool, benzodiazépines).

Le TAO :

  • a pour principe de remplacer l'usage d’opioïdes illicites par une prescription médicale d’opioïdes (méthadone, lévométhadonemorphine à effet retard (SROM), buprénorphine, diacétylmorphine/héroïne). La prescription est associée à des mesures thérapeutiques d’ordre somatiques, psychiatriques, psychologiques et ou socio-éducatives ;
  • est soumis à autorisation préalable de l’autorité sanitaire cantonale (méthadone, lévométhadone, SROM, buprénorphine) ;
  • fait partie des prestations à la charge de l’assurance maladie obligatoire ;
  • permet d’instaurer un suivi sur des bases scientifiquement fondées et doit se dérouler dans la continuité ;
  • permet de passer d’une situation d’instabilité ou de décompensation à un état de dépendance stable et compensé ;
  • permet de mettre sur pied des conditions cadre (logement, moyens de subsistances, social) pour une vie plus stable, de par la réduction du stress lié à la recherche de substances ;
  • peut, sous réserve d’un dosage suffisant, réduire l’usage de substances parallèles, en particulier d’opioïdes et de cocaïne ;
  • réduit la morbidité et la mortalité de la dépendance aux opioïdes ;
  • améliore les conditions de traitement des problèmes somatiques, en particulier les infections (hépatite C, HIV) ;
  • améliore la qualité de vie ;
  • suppose une alternance de phases entre une approche médicale palliative et des périodes orientées vers l’abstinence ;
  • est facilitée par une attitude de base qui consiste à accepter la réalité de la personne en consultation sans porter de jugement, et par l’emploi de techniques d’entretien motivationnel ;
  • sous l’onglet Manifestations, vous trouverez différentes possibilités d’échange avec d’autres intervenants du domaine des addictions ;
  • pour plus d'informations, consulter le rapport Traitements agonistes opioïdes - Principes directeurs pour les législations et réglementations.

Méthadone, Lévométhadone, SROM et buprénorphine :

Programme d’héroïne :

  • Il n’est pas possible de suivre un TAO avec prescription de diacétylmorphine (DAM) en médecine de premier recours.
  • Voir les indications particulières sous l’onglet programme d’héroïne.

1Le terme « substitution » doit désormais être évité car il stigmatise, et être remplacé par l’expression « traitement agoniste opioïde (TAO) ». Il est important de souligner qu’en médecine le traitement d’une dépendance aux opioïdes n’est en soi pas différente d’un autre traitement pharmacothérapeutique d’une maladie.

 

Impressum