Substances apparentées au MDMA

  • Les substances apparentées au MDMA ont des effets entactogènes, empathogènes et hallucinogènes variables (Cf. Ch. Ecstasy/MDMA).
  • MDA (3,4-méthylènedioxyamphétamine) : psychostimulant avec un effet hallucinogène (distorsion spatio temporelle intense, illusions). Le MDA est particulièrement neuro et hépatotoxique en cas d’usage prolongé. Des symptômes psychotiques peuvent survenir. Durée de l’effet : 6-8 heures environ.
  • MDEA (3,4-méthylènedioxy-éthylamphétamine) : moindres effets empathogènes et euphorisants que le MDMA. Des distorsions de la perception auditive, tactile et visuelle sont possibles. Le MDEA produit moins d’hallucinations et réduit davantage la faculté d’agir par soi-même (apathie). Durée de l’effet : 2-3 heures environ.
  • MBDB (N-méthyl-1-2-butanamine) : a principalement un effet entactogène, légèrement euphorisant, mais pas d’effet stimulant. La durée de l’effet est de 4-5 heures environ.
  • Composants additionnels : en 2011, parmi les comprimés d’ecstasy analysés, seul un comprimé sur cinq contenait un autre composant. En 2009, il s’agissait de trois comprimés sur quatre (Streetwork, Zürich). Le mCPP (1-(3-chlorphényl) pipérazine : dérivé sous forme de poudre de la pipérazine qui modifie la perception) était le composé le plus fréquemment retrouvé, suivi du 4-FA (1-(4-Fluorophenyl)propan-2-amine), une forme en poudre ou en cristal de phénylétylamine comparable du point de vue de l’effet stimulant, mais libérant également la sérotonine et modifiant les émotions). Ces substances ne sont pas particulièrement problématiques du point de vue de leur toxicité, mais elles provoquent des effets inattendus et indésirables. Les usagers de mCPP se plaignent le plus souvent de céphalées et de nausées. L’effet psycho-actif est faible, mais il dure plus longtemps que pour le MDMA. L’urine garde une coloration brunâtre durant plusieurs jours.
  • L’effet du 4-FA est comparable à celui d’un mélange d’amphétamines et d’ecstasy. Comme le 4-FA a un faible effet entactogène, l’usager a tendance à en reprendre et les doses sont donc plus élevées.
  • Le graphique suivant présente les composés additionnels détectés dans l’analyse de comprimés « XTC » (Source : Streetwork Zürich, 2013, [16.04.2013])

Grafik XTX2

Légende : MDMA (3,4-méthylène-dioxy-méthamphétamine) ; mCPP ou 1-(3-chlorphényl) pipérazine : dérivé sous forme de poudre de la pipérazine qui modifie la perception ; MDEA (3,4-méthylènedioxy-éthylamphétamine) ; MDA (3,4-méthylènedioxyamphétamine) ; 2c-B (4-bromo-2,5-diméthoxyphénéthylamine) : dérivé synthétique de la mescaline qui modifie la perception et les émotions).

 

Impressum